Tout récemment, notre équipe de 25 professionnels de la gestion des ressources humaines en PME s’est penchée sur les caractéristiques des entreprises qui réussissent. Nous avons cherché à comprendre l’impact des comportements et des attitudes des gestionnaires dans cette réussite.

Du président aux chefs d’équipe, un gestionnaire est celui qui assure l’efficacité de ses employés. La qualité de ses interventions dans l’exécution du travail a des impacts importants sur la performance de son équipe. Tous les yeux se tournent vers lui lorsqu’il s’agit de mener son département ou son entreprise à bon port.

Dans la réalité quotidienne des opérations, le gestionnaire en PME n’est souvent pas en mesure de se sortir la tête de l’eau afin d’être plus efficace. Il a de fortes chances d’être submergé par les urgences.  Il répond aux premiers besoins et il arrive au travail le matin sans idées claires sur ce qu’il devra livrer aujourd’hui.

Son inefficacité est rapidement retracée par les membres de son équipe. Les meilleurs vont partir et les autres vont niveler vers le bas leur efficacité personnelle. Comme intervenant, lorsque nous arrivons sur les lieux pour constater les dégâts, il est souvent trop tard. L’épuisement professionnel, l’absence de plaisir au travail et la perte de clients ont déjà frappé à la porte du département ou de l’entreprise.

Trop souvent, des gestionnaires sont promus à des postes sans avoir validé leur capacité à bien gérer leur temps personnel. Cette compétence devient rapidement le premier comportement clé de sa réussite dans la gestion des personnes. Comment un gestionnaire inefficace peut-il demander à ses employés d’être efficace? La maîtrise du temps fait appel à la capacité d’un gestionnaire d’être conscient de ce qui l’entoure et de prévoir ce qui s’en vient. Il doit donc savoir ou il s’en va s’il veut que son équipe le suivre. Il est en contrôle de son temps. Même dans les urgences, un bon gestionnaire s’organise pour être efficace.

Le gestionnaire est la première ligne de productivité d’une entreprise. Il est souvent le plus haut salarié. Il doit s’occuper le plus possible de responsabilités à haute valeur ajoutée. Des études démontrent que pour un seul gestionnaire la somme des pertes de temps dans une année peut représenter 20 jours de travail. Pour une équipe de dix personnes, cela représente un salaire annuel à temps plein en perte de temps. Si tous les gestionnaires d’une entreprise sont conscients de la valeur de leur temps, les décisions seront toujours prises dans le but d’une plus grande efficacité. Dans le feu de l’action, posez-vous la question si ce que vous faites ou vous apprêtez à faire vaut votre salaire ?

Malheureusement, il n’existe pas de politiques de ressources humaines pour guérir de la maladie de l’inefficacité personnelle. Une bonne formation suivie d’un encadrement pratique sur le terrain est l’unique manière d’apprendre. Toutefois, une personne qui ne gère pas bien son temps conservera toujours de mauvais plis. Un chef d’entreprise nous disait récemment : « Même si je me considère efficace dans la gestion de mon temps, je crois qu’il est nécessaire que je suivre, tous les 5 ans, des formations pour me rappeler pourquoi je dois continuer à utiliser les techniques de la bonne gestion du temps et des priorités. Il en va de la survie de mon entreprise. »

Voici une liste des principales activités d’apprentissage sur la gestion du temps.  Nous vous invitons à en faire la lecture. Peut-être vous sentirez-vous concerné par certaines d’entre elles ?

  • Mieux organiser mon environnement de travail
  • Être moins stressé par rapport à ma charge de travail
  • Prendre des notes efficacement lors d’une réunion ou d’un appel important
  • Être mieux organisé afin de faire les suivis requis dans mes dossiers
  • Bien gérer tout genre d’interruptions qui ralentissent mon rythme de travail
  • Regrouper mes questions et mes idées plutôt que d’interrompre constamment quelqu’un dans son travail
  • Être satisfait d’avoir fait ce qui était prévu de faire dans ma journée de travail
  • Faire des listes de tâches en ordre prioritaires
  • Distinguer l’urgence des importances d’une action ou d’une tâche
  • Éviter que mes collègues soient constamment obligés de faire des suivis sur mes engagements
  • Respecter les objectifs que je me suis donnés
  • Ne pas remettre à plus tard (éviter la procrastination)
  • Me servir d’outils de planification et d’organisation (Outlook, agenda, téléphone intelligent, etc.)
  • Mieux exprimer mes priorités et mes besoins
  • Ne pas trop m’éparpiller dans mes diverses tâches
  • Ne pas m’éterniser dans mes discussions professionnelles
  • Mieux gérer mes appels (personnels ou professionnels) pendant mes heures de travail

Dans un prochain article, nous parlerons de la capacité des gestionnaires à développer leur personnel comme étant une autre grande caractéristique des entreprises qui réussissent.

PATRICK BERNIER, CRHA